Séminaire du 26 novembre 2020: Dalenda Larguèche

Les pratiques féminines de délibération à Tunis entre intimité, processus de décision et formation d’une opinion

Inscription (ouverte à tous)

L’histoire de la ville de Tunis, dans ses multiples temporalités, comme celle d’autres villes, a été surtout une histoire d’hommes, bâtisseurs avec leurs gestes et leurs paroles. Mais les méandres de l’histoire invitent aussi à porter attention aux femmes qui, en dépit de leur éloignement et invisibilisation, ont été de tout temps présentes et actives. Leurs traces ont marqué l’histoire de la ville : elles étaient des actrices factuelles du changement social et porteuse de capacités d’opinion, d’action et de mobilisation.,

Dans cette communication qui prend l’époque ottomane, puis celle de la colonisation et enfin la période de l’indépendance comme cadre temporel, Dalenda Larguèche propose une réflexion sur les pratiques féminines, qui dans leur diversité ont participé à la gestion sociopolitique de la ville et à la fabrique de l’opinion. La présentation analyse tout d’abord le contexte et la nature de l’action civique de la princesse mouradite Aziza Othmana au XVIIème siècle, avec notamment un examen de la dimension publique de l’acte privé du habus (waqf). Dalenda Larguèche consacre ensuite ses analyses aux modes de prise de parole en public des deux pionnières féministes Manoubia Ouartani et Habiba Menchari, respectivement en 1924 et 1929 et à la contribution de leurs actions à la consolidation d’une sphère d’expression d’opinion féminine. Dans cet esprit est également étudiée l’action sociale et politique de la première association féminine tunisienne, née en 1936 en contexte colonial.

La conférence, enfin, consacre une attention particulière au combat des militantes féministes pour un changement radical des rapports inégalitaires en société dans le temps segmenté de l’Etat indépendant ainsi qu’à la remise en question de cette emprise masculine par des revendications précises et des modes de mobilisation face à ceux qui soutiennent et structurent les inégalités de genre dans la société.

Cette attention à la longue durée de l’expression féminine permet, entre geste personnelle ou intime et action délibérative de nature citoyenne et politique, dans le cadre de pratiques diversifiées et évolutives, de considérer enfin les femmes non seulement comme marqueurs d’histoire, malgré l’oubli qui les a souvent frappées dans l’historiographie dominante, mais aussi comme actrices ancrées dans le temps long d’une opinion forte et d’une puissante capacité de mobilisation.

Dalenda Largueche est professeure d’histoire et d’études de genre à l’Université de la Manouba à Tunis, où elle a fondé en 2015 le master d’études de genre et a dirigé le groupe de recherche sur les femmes, le genre, l’histoire et la mémoire au sein du Laboratoire du Patrimoine. Elle a été d’octobre 2011 à octobre 2018 directrice générale du Centre de recherche, d’étude, de documentation et d’information sur la femme (CREDIF). Elle a aussi été professeur invitée dans de nombreuses universités et centres de recherche du monde entier.

Parmi ses publications: Marginales en terre d’Islam (Tunis 1992), Histoire des femmes du Maghreb: Culture matérielle et Vie quotidienne, (Tunis 2000), Femmes en Ville dans le monde méditerranéen: Passé et Présent, (Tunis 2005), Monogamie en Islam: le contrat de marriage kairouanais, (Tunis 2011).

Militante des droits des femmes, elle a participé activement à la structuration du mouvement démocratique féminin en Tunisie. Activiste au sein de la société civile, elle lutte dans le contexte post-révolutionnaire tunisien pour la démocratie, les droits humain et la prise en compte des voix des femmes.

La présentation aura lieu en visio-conférence sur zoom en anglais.

26 Novembre 2020 de 15h00 à 17h00 (Heure de Berlin). Inscription ICI

Prochaine session: 10 décembre 2020: François Hartog (Directeur d’études émérite, Ecole des hautes études en  sciences sociales, Paris) “Réflexions sur l’historicité, le temps et la recherche historique”

Programme complet pour 2020-2021 du séminaire HISDEMAB